A Propos

Contact

Newsletter

Recherche

Aide RSS FanPage FB Twitter

Matière grise pour évolution verte

Mode de vie » Alimentation,Santé

C’est décidé, j’arrête le gluten !


Le 2 juillet 2012 | Par

Camille

Ses articles

Son Twitter

J’essaie de vivre ma vie selon un précepte simple : la sobriété heureuse. Je suis une altermondialiste optimiste et crois dur comme fer que le changement du monde commence par soi-même.

Voilà plusieurs années que j’entends parler du gluten comme l’un des grands méchants poisons de notre alimentation… Cela a commencé dans mon premier job, où je me rendais régulièrement en magasin bio, former les vendeurs et faire des animations. En discutant avec les gens de leurs problèmes digestifs (je vendais alors des probiotiques), je me rendis compte que beaucoup avaient vus leurs soucis diminuer en excluant le gluten de leurs menus.

Plus tard, en arrivant à Bordeaux, je démarrai des cours de cuisine biologique avec Catherine Oudot. Celle-ci était alors (et elle est toujours) catégorique : la cuisine saine, c’est sans gluten ! Essayons de comprendre pourquoi ce mot fait si peur…

Qu’est-ce que le gluten ?

« Le gluten, du latin glu (colle), est une masse protéique élastique et visqueuse qui se trouve dans les grains de plusieurs céréales, dont le blé, l’orge et le seigle. On trouve ainsi du gluten dans de nombreux aliments (pain, biscuits, pâtes…). Donnant une texture moelleuse aux pains et aux autres produits de boulangerie, le gluten permet aux ingrédients de bien se lier ensemble et il est souvent utilisé dans des sauces, des plats préparés, etc.
Dans le cas du blé, la réaction immunitaire est dirigée contre la gliadine (une fraction de protéine présente dans le gluten du blé). Pour l’orge, c’est l’hordéine qui est en cause, et pour le seigle, la sécaline. »
Source Passeportsante.net

« Pour faire simple, il agit un peu comme une « colle » dans le système digestif, au niveau de l’intestin il tapisse les parois et empêche les petites villosités de faire leur travail. D’où les problèmes d’assimilation (carences, anémie…) pour certaines personnes.
Il est présent dans le blé, l’avoine, le seigle, l’orge mais aussi dans le kamut et l’épeautre. Une astuce pour s’en souvenir facilement : BASOKE (Blé, Avoine, Seigle, Orge, Kamut, Epeautre). »
Source Valérie Cupillard

Pourquoi arrêter le gluten ?

Si l’on considère le gluten comme une colle, on imagine bien qu’il doit rapidement encrasser le tube digestif et ainsi ralentir la digestion. Chez les intolérants au gluten, il provoque des désordres digestifs allant jusqu’à la maladie cœliaque, une inflammation de l’intestin.  Les symptômes les plus courants de l’intolérance au gluten sont des problèmes de transit, des ballonnements, des douleurs abdominales

Les personnes souffrant de ces problèmes peuvent essayer l’arrêt du gluten pendant quelques semaines pour savoir si c’est cela qui les perturbe. Des analyses de sang peuvent également diagnostiquer une intolérance ou une allergie.

Le gluten aurait aussi des effets néfastes sur de nombreux organes, les articulations, la fatigue générale ou la prise de poids. Arrêter le gluten aiderait à se sentir mieux dans sa peau en résolvant de nombreux soucis de santé, avec lesquels ont fait souvent « avec », sans trop se poser de questions…

Certaines personnes ont été contraintes d’arrêter le gluten, pour des raisons de santé. C’est le cas de Kathy qui a vu ses soucis de santé largement diminuer depuis qu’elle a arrêté le gluten. Elle a depuis lancé un concept de traiteur bio sur Bordeaux et propose des recettes gourmandes… avec ou sans gluten.

Anne Lataillade, célèbre blogueuse culinaire (Papilles et Pupilles) a quant à elle découvert la vie sans gluten par le biais de ses enfants, allergiques au gluten et aux œufs. C’est cela qui l’a poussée à réinvestir sa cuisine pour préparer des recettes maison et éviter les allergènes. Son blog allergies est une mine pour tous ceux qui souffrent de maladie cœliaque.

 

Il paraît qu’il faut trois semaines pour prendre une nouvelle habitude. Je vais donc tester trois semaines sans gluten !

Comment se passer de gluten ?

Le gluten se trouve dans certaines céréales (blé, avoine, seigle, orge, kamut, épeautre). Ce serait presque simple s’il suffisait de les retirer de nos menus. Mais aujourd’hui, on trouve du gluten dans de nombreux produits industriels car il donne de la consistance aux produits. Attention à bien lire les étiquettes de ce que l’on achète « tout fait ». Le plus simple, vous l’aurez compris, étant de cuisiner soi-même un maximum de choses.

Valérie Cupillard, convaincue des méfaits du gluten, donne de nombreuses recettes sans gluten sur son blog. L’occasion de découvrir de nouveaux aliments et donc de nouvelles saveurs. Recettes et conseils également sur le site Stop Gluten et sur Semaine sans gluten avec des idées de menus qui facilitent la vie.

Pour ma part, je sais déjà ce qui sera le plus dur, arrêter les tartines de pain le matin et… les pâtes ! Mais finalement, ce défi de 3 semaines sans gluten, c’est l’occasion de bousculer un peu mes habitudes et de changer le train train.

Allez, c’est parti ; qui me suit ? N’hésitez pas à partager ici votre histoire avec le gluten, vos recettes, vos conseils. Et pour ceux qui souhaitent tester avec moi, n’hésitez pas, on se retrouve d’ici environ un mois pour partager nos expériences !

 

 

 

 


34 commentaires à “C’est décidé, j’arrête le gluten !”

  1. Gregoire dit :

    Bravo et je t’encourage dans cette démarche.
    En effet, le gluten, ce n’est vraiment pas terrible et, en tant que crudivore, je ne sais pas si c’est l’abandon du gluten mais franchement, j’ai méga la pêche grâce à une alimentation saine donc….tiens bon, 3 semaines, c’est vite passé et pour le petit déj, à la place du pain, tu peux te préparer des smoothies, jus ou des bonnes salades de fruits !
    J’attends avec impatience ton retour d’expérience :-)

    • Camille dit :

      Merci Grégoire pour tes encouragements ! Pour tout te dire, je n’aime pas les fruits…. donc pour le crudivorisme, ce serait beaucoup trop compliqué pour moi !

  2. vorganne dit :

    Chère Camille
    Je te souhaite très très bon courage pour cette expérience.
    Intolérante au gluten depuis des années, je ne sais pas si j’aurai pu continuer à manger sans gluten, si mon organisme ne me rappelait pas à l’ordre de temps en temps, parfois bien violemment, bien malgré moi ! En effet, savoir à l’avance que l’on va souffrir plusieurs jours si on ingère quelques miettes d’un bon gateau/croissant/etc. ça aide tout de suite à ne pas craquer.
    C’est la raison pour laquelle la démarche de manger sans gluten pour quelqu’un qui n’a a priori pas de difficultés à le digérer et celle d’un intolérant au gluten diffère.
    Pour un intolérant, ce n’est pas simplement un choix d’alimentation. Ce sont des traques sans répit d’ingrédients qui en contiennent mais qui ne sont pas toujours visibles sur les compositions. Ce sont des discussions, parfois amicales, parfois glaciales avec les restaurateurs lorsque l’on mentionne une intolérance au gluten. Un certain nombre avoue d’ailleurs sans fard leur ignorance sur la composition des assiettes servies. Et d’autres te rassureront qu’il n’y a pas de problème ! Sauf que lorsqu’on est intolérant au gluten, le « pas de problème » peut se transformer en une journée de cauchemar (vécue il y a encore 15 jours pour une banale salade landaise…)
    Certains jours, certains repas, certaines fêtes, j’aimerai dire : « pouce ! Stop ! J’arrête l’expérience. Je remange tout ce que je veux !! » Rien que pour manger une belle part de tarte au citron de temps en temps, ou un pain au chocolat, tout chaud… Mais malheureusement ce n’est pas possible.
    Alors je te souhaite bon courage pour cette expérience de 3 semaines sans gluten. Pour changer du train train quotidien. Et merci d’avoir une petite pensée pour tous les autres pour qui c’est pour toute la vie !

    • Camille dit :

      Bonjour Vorganne, et merci pour ton message. Cet article et cette « enquête » sont là pour mettre le doigt sur un sujet que peu de gens connaissent. J’ai discuté avec pas mal d’intolérants et je me rends compte combien cela est compliqué… comme pour toute allergie d’ailleurs ! Je me souviens de ma grand-mère qui enflait considérablement dès qu’elle ingérait du poivre. Je te laisse imaginer les repas au restaurant, les doutes face aux serveurs qui ne savaient pas s’il y avait ou non du poivre dans la recette, et les prises de risque (genre « on verra bien ! » qui s’avéraient…. très risquées !

      Ce que je constate depuis quelques années c’est que les rayons « sans gluten » ont bien évolué, que l’on peut trouver pas mal de choses sans même si l’idéal serait bien évidemment de pouvoir manger tout ce que l’on souhaite. Bon courage à toi pour la suite.

  3. Nathalie dit :

    Mais il existe des farines sans gluten je crois ? Je crois que le pain lève bien moins, mais qu’il y a quand même de quoi satisfaire les bouches en manque de baguette :o) Je crois que c’est le petit épeautre qui en a peu ou pas ? Ca ne devrait pas être trop difficile pour toi, je sais que tu n’es pas le genre à acheter des plats tout prêts ! Tiens nous au courant ;o)

    • Camille dit :

      Il existe plein de farines sans gluten : maïs, riz, châtaigne… Le petit épeautre en contient un peu. Les pains sans gluten sont moins croustillants mais personnellement, je m’en fiche !

  4. Catherine dit :

    Le pain de maïs c’est juste un grand grand bonheur !
    J’ai arrêté complètement le gluten il y a deux ans pendant un an. Depuis, je mets la pédale douce sur le pain (presque pas de pain). Les alternatives sont multiples: pain de fleurs, galettes de riz ou de maïs soufflé, pain à la farine de chataîgne… Mais je ne peux pas me passer de pasta!
    Pour les gâteau pareil et les pâtes à tartes. On rajoute un peu de crème de sésame pour lier la farine sans gluten et on la sculpte dans le moule car on ne peut pas l’étaler.
    Attention au pâtes à base de quinoa dans les magasins bio, elles sont souvent constituée d’un peu de farine de blé pour le liant…
    Bon appétit !

  5. Catherine dit :

    Pour Vorganne en cadeau: la recette de la tarte au citron meringuée sans gluten et sans lait
    http://lacompagniesansgluten.blogspot.fr/2011/07/tarte-au-citron-meringuee-sans-gluten.html

    • vorganne dit :

      Merci beaucoup, je testerai :)
      Et je profite pour dire que je suis tout à fait d’accord avec l’analyse de Roland.

      • Camille dit :

        Et avez-vous essayé de trouver des blés anciens ? des farines obtenues à la meule de pierre ? avez-vous pu tester tout cela ? Je serais très intéressée de recueillir des témoignages d’intolérants au gluten qui auraient résolu le problème en cherchant des variétés anciennes de blé.

  6. Roland dit :

    Bonjour,
    C’est vraiment particulièrement attristant de lire cela !
    Malheureusement comme toujours l’essentiel n’est pas abordé.
    Nous allons donc dériver vers les même tendances désolantes, avec là encore quelques années de retard, que nos amis Américains… Bientôt ingérer du gluten sera une preuve flagrante d’appartenance à la « plouctocratie » de base.
    Alors que la toute première question à se poser est de savoir si par hasard ce ne serait pas le gluten des blés de variétés modernes hybridés à tour de bras qui générerait cette croissance folle des intolérances. Il n’existe pas UN gluten mais autant que de combinaison possible de certaines protéines agglomérées lors des pétries. Lors de mis en culture intensive et surtout systémique d’un ensemble de semences en fait monozygotes les blés récoltés sont composés de protéines identiques donc générant un gluten particulier. Les blés modernes donnant ce que l’on nomme des « macro glutens » très longs et très rigides. Le retour aux blés de population hétérozygotes donnent des farines composées de palettes de protéines très diversifiées qui donneront des glutens différents courts et flexibles. Ces glutens là qui ont nourri la totalité de nos ancêtres depuis le néolithique supérieur et jusqu’à il y a juste quelques dizaines d’années offrent des caractéristiques non ou très peu allergènes. C’est à ces blés et ces farines qu’il serait très intéressant que vos magnifiques blogs fassent la part belle. C’est à ces espèces végétales restées dans leur structure génomique pure et non forcées qu’il faut s’intéresser. Cela est tout autant valable pour les huiles, les oeufs, les laitages (ouille, ouille, ouille les lactoses allergènes…), le sucre, etc.
    Recherchez les engrains, blés anciens, grands épeautres anciens, testez les et dites nous !!!
    Retrouvez les farines obtenues à la meule de pierre, douce, déroulant bien les protéines au lieu de les écraser comme le font les cylindres modernes, retrouvez le germe du blé, l’assise protéique dans vos farines et testez le !!!
    Prenez garde à bien prévenir qu’il ne faut surtout pas stopper de son propre chef l’ingestion de glutens, une prise de sang, une biopsie est absolument nécessaire si l’on a un doute. La rencontre avec un spécialiste est incontournable si non l’on prend de grands risques… Ensuite il faut bien entendu trouver le spécialiste qui vous aidera à valider que l’intolérance n’est pas activée si l’on ingère des blés de variétés anciennes. C’est vrai que tous les spécialistes du corps médical ne connaissent pas cette nuance… de taille.

    • Camille dit :

      Cher Roland, merci de votre réponse. Le but de mon article n’est pas de diaboliser le gluten mais d’essayer de comprendre et d’ouvrir le débat. Je suis volontairement restée en surface pour ce premier article en souhaitant profiter de ces 3 semaines de test pour partir d’un constat un peu simpliste et creuser peu à peu le sujet, à l’aide de recherches mais aussi de commentaires tels que le vôtre !

      Vous semblez bien documenté sur le sujet de l’alimentation, pourquoi ne pas écrire un article pour Ecolo Info sur tous ces sujets ? Nos lecteurs sont avides d’une information juste et désintéressée sur ce qu’ils mangent, nous pourrions parfaitement intégrer vos connaissances au sein d’un article complet sur le sujet. Qu’en pensez-vous ?

      En ce qui concerne l’arrêt du gluten en cas de doute sur une possible intolérance, je ne vois pas vraiment le danger. Le remplacement du blé ou du seigle par d’autres céréales ne présente, à ma connaissance, pas vraiment de risques. Quels seraient-ils d’après vous ?

      Merci de votre message et au plaisir de vous lire à nouveau.

      • Roland dit :

        Bonjour Camille,
        désolé de ne pas avoir vu votre réponse plus tôt…
        je ne doute pas du tout de votre volonté de ne pas diaboliser le gluten.
        dans le cadre de nos connaissances actuelles nous sommes d’accord pour écrire avec Fanny Leenhardt un article pour Ecolo Info sur tous ces sujets.
        En ce qui concerne l’arrêt du gluten nos connaissances actuelles nous portent à croire que l’arrêt brutal auto-décidé de la consommation du gluten peut avoir des conséquences sur l’arrêt induit à l’organisme de la génération des anticorps nécessaires à la « digestion » des glutens ainsi un retour à une alimentation saine intégrant les céréales incriminées peut être extrêmement difficile voire compromis.
        Le sujet majeur qui nous préoccupe est de comprendre et avancer dans la recherche des céréales anciennes non hybridées par l’homme qui ne étaient pas ou très très peu allergènes.
        La mise en place d’un essais clinique sur notre territoire serait une très bonne nouvelle. Mais…
        Le seul essais clinique connu à ce jour sur céréales anciennes – intolérances concerne le Kamut (r) aux Etats Unis.
        Merci à vous et au plaisir

        • Camille dit :

          Bonjour Roland, nous serons ravis de lire votre témoignage et celui de Fanny. Vous pouvez me l’envoyer sur mon mail camille@ecoloinfo.com Nous le lirons attentivement. Merci de joindre une petite biographie de chacun des auteurs.

          De mon côté je publie très bientôt mon témoignage sur ces 3 semaines sans gluten, n’hésitez pas à le commenter.

          A bientôt !

  7. laetitia dit :

    Bonjour Camille,
    Je m’intéresse depuis quelques temps à la naturopathie. J’ai consulté une naturopathe il y a un peu plus d’un mois pour revoir mon régime alimentaire et tenter d’améliorer quelques désordres digestifs. J’ai donc supprimer le gluten de mon alimentation depuis un peu plus d’un mois. (je me nourrissais essentiellement de pains et de laitages). J’ai vu de nettes améliorations, des douleurs envolées et une certaine pêche revenue. Je me prépare à manger autant que je peux et ai découvert de nouvelles céréales, de nouvelles saveurs. Je me sens bien!
    Bref, c’est une expérience à vivre et des habitudes à prendre. C’est un défi le changement, quel qu’il soit, mais ça vaut le coup!
    Alors bon repas sans gluten et j’ai hâte de lire ton expérience :-)

    • Camille dit :

      Merci Laetitia pour ton témoignage. Si tu te nourrissais essentiellement de pains et laitages, tu as du découvrir une toute nouvelle façon de manger alors ! Et j’imagine que tu vas au devant de belles découvertes et d’une santé nettement améliorée. Bravo à toi pour ce chemin !

  8. Anne-Sophie dit :

    Ben moi j’ai testé de la mi janvier à la mi mars avec plaisir, j’ai pris plusieurs habitudes et ne mange plus de pain en fait… beaucoup moins de pâtes, et je me sens moins lourde en fin de repas ! Après je fais des exceptions, mais passer par une phase sans gluten du tout fait du bien, et après on voit ce que l’on veut reprendre ou pas ! Tu nous diras du coup :)

  9. Zeb dit :

    Lisez impérativement le commantaire de Roland ! (le 3ème en partant du bas)

    Il a raison, ce n’est pas forcément le gluten qui est mauvais mais le gluten actuel issu d’une certaine production industrielle des aliments… à méditer !

    • Camille dit :

      Oui Zeb, je suis aussi d’accord avec Roland. Mais regardez autour de vous : comment les gens se nourrissent-ils ? comment font-ils les courses ? L’éducation alimentaire est encore longue et certaines personnes pensent encore que l’alimentation n’a aucune incidence sur notre santé. Cet article est là pour ouvrir les yeux à certains et leur dire que leurs problèmes digestifs (ou autres) viennent peut-être de ce qu’ils mangent. Et la prise de conscience fera le reste pour les courses, la cuisine…

  10. Bonjour,

    je suis diététicienne et naturopathe

    J’ai bien lu ton article sans gluten, il est super!
    Là dessus on pourra en reparler, il y a plusieurs écoles.

    Dans mon école de naturo, on ne cherchais pas supprimer le gluten, mais à diminuer les féculents, le blé et les amidons à chaine longue. Ce sont ces derniers dans leur ensemble qui provoquent des colles dans l’organisme. Egalement, il est important de surveiller les mélanges alimentaires, car certains mélanges ne sont pas conseillés pour le bien de notre organisme.

    J’incite donc mes patients à manger des féculents, dits « légers » avec des chaines d’amidon courtes, à privilégier les aliments à index glycémique bas et à augmenter leur ration de fruits et légumes pour améliorer leur équilibre acido-basique.
    Après, comme pour tout, il n’y a pas une alimentation faite pour tous, je pense, chacun doit trouver ce qui lui correspond, c’est pour cela qu’il y a tant d’écoles de pensées…

    et en ce moment, je teste: écouter son corps pour comprendre quels sont nos besoins et je trouve cela très intéressant.

    à bientôt

  11. Cathou dit :

    Merci pour ce billet :) Cela confirme l’info que j’avais relevée, ici : http://www.naturopathie-holistique.fr/le-gluten-15-124.html

  12. Nathalie dit :

    Alors Camille, tu en est où ? Des nouvelles, des nouvelles !

  13. [...] Pour ceux qui ne savent absolument pas de quoi je parle, je vous invite à lire mon article « C’est décidé, j’arrête le gluten », préambule indispensable à ce [...]

  14. Je connaissais les nombreuses allergies mais pas la nocivité du gluten. Pour ma part je suis allergique à la caséine et au riz. Donc sans gluten il ne reste plus grand chose. Merci en tout cas pour ces renseignements.

  15. [...] C’est décidé, j’arrête le gluten ! | Ecolo-Info From http://www.ecoloinfo.com – Today, 10:36 AM Voilà plusieurs années que j’entends parler du gluten comme l’un des grands méchants poisons de notre alimentation…Responsable de désordres digestifs, de prise de poids et de multiples petits tracas, le gluten serait un ennemi à évincer de nos menus. Via Marion Thelliez [...]

  16. Olivier dit :

    Le gluten n’est pas forcément danghereux pour tous, mais je pense qu’il n’est pas très naturel dans consommer autant. Tous commes les produits laitiers d’ailleurs, qui sont la cuse de nombreuses maladies ;-)

  17. Amandine dit :

    Bonjour et merci de tous ces conseils. Ils parlent aussi aux Etats unis de maladie de syndrome de l’intestin perméable (leaky gut syndrom) qui serait la conséquence du Gluten et des antibiotiques à haute dose.

  18. nathalie dit :

    Bonjour!

    J’ai arrete la consommation du gluten il y a plus d’un an maintenant et je ne peux plus faire d’ecarts car presque aussitot je ressents de droles de symptomes… Douleurs musculaires, fatique etc. Ca dure 2 jours environs.

    Sans gluten je me sens tres bien par contre. J’avais beaucoup de douleurs musculaires, c’est ce qui m’avait donne le gout d’essayer le sans gluten.

    Je trouve par contre difficile ce regime quand je vais en visite chez des gens pour un repas…

  19. laure dit :

    Bonsoir, Merci pour votre article. Je me suis rendue compte que j’avais des soucis avec le gluten à la faveur d’un livre de cuisine emprunté par curiosité, sur la cuisine sans gluten. Cela fait deux mois que j’ai changé mon alimentation et je reste scotchée du constat indéniable que je vis mieux et que je ne suis plus fatiguée comme avant (25 ans de souffrances!!)… bref… cela a changé ma vie. Ce qui est un peu désolant, c’est que je me suis aussitôt tournée vers mon généraliste pour faire une prise de sang, comme conseillée sur le site de l’afdiag….moi qui suis réfractaire aux visites chez le docteur, j’avais décidé d’être sérieuse. Et bien, mon cher médecin m’a dit niet, pas de prise de sang…parce que ça ne se détecte pas comme ça, qu’il suffit d’arrêter de consommer du gluten pour voir si cela modifie quelque chose ou non!!! Franchement, c’est le comble, non?!!! Pour ce qui est de tenir, cela ne me pose pas de problème car je suis très motivée par le fait de ne plus avoir de douleur ou de fatigue collante…. chose plus difficile dans le cadre d’un simple régime de » complaisance »….Je vais continuer ma visite sur votre blog.

  20. chassezac dit :

    Il est grossier et infondé de rejeter globalement le gluten. Oui, il existe des personnes intolérantes à divers degrés, et pour lesquelles il est dangereux, mais pour toutes celles qui n’ont pas d’intolérance, le gluten n’est pas nocif. Ne plus consommer des céréales types épeautre, avoine, kamut est un non-sens alimentaire, car elles livrent des nutriments précieux (vitamines, protéines, oligo-éléments, fibres) et parfaitement digestes, bien plus que le lait ou la viande.

    Que l’on dénonce l’usage abusif du gluten par l’industrie comme additif alimentaire est compréhensible. De là à chasser de nos assiettes les céréales qui contiennent du gluten n’est absolument pas valable. C’est comme le sucre. Dans un contexte naturel (fruits, légumes), il est bénéfique et indispensable au corps. S’il est isolé, raffiné, rajouté à toutes les sauces, alors oui, il est nocif.

    Autant je me méfie des discours appelant à manger de la viande et boire du lait, autant je me désole de lire des anathèmes aussi infondés sur le gluten lorsqu’il n’y a pas d’intolérance avérée.

  21. GULERSOY dit :

    Il n’y a pas d’intolérance avérée ne veut pas dire que les effets ne sont pas néfastes. Peut-être qu’arriver au stade de l’intolérance ou de forts désagréments lors de la consommation de gluten n’est qu’une question de temps et de capital génétique.
    Je suis persuadé de ça car étant un ex gros consommateur de pain, croissants, pâtes et surtout pizzas, sportif et en apparente bonne forme, je n’en reviens pas du bien-être physique et moral observé systématiquement quelques jours après l’arrêt du gluten.
    C’est simple, ça fait plus de bien que d’arrêter la cigarette, et même si je n’irais pas jusqu’à dire que je suis affreusement malade quand je retourne à la boulangerie mais mon énergie et ma bonne humeur baissent considérablement, cela dure bien 48 heures et empire si je continue d’en manger.
    J’aurais donc tendance à dire que oui, le gluten n’est bon pour personne, à différents de degrés, mais il fait obstruction au bon fonctionnement de l’organisme de plusieurs façons (digestion, assimilation, encrassement lymphatique) et n’étant pas particulièrement nourrissant, la seule raison d’en consommer ne serait que le plaisir du goût.
    Mais comme on dit il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.
    Donc moi aussi c’est décidé j’arrête le gluten.

  22. Bonjour et merci de tous ces conseils. Ils parlent aussi aux Etats unis de maladie de syndrome de l’intestin perméable (leaky gut syndrom) qui serait la conséquence du Gluten et des antibiotiques à haute dose.

  23. Paulette Talmor dit :

    j’ai arrête aussi le gluten et je vous done une recette simple pour preparer un bon pain a base de farine de mais.

    1 kg de farinne de mais
    4 oeufs
    3 cuilleres de miel de dates
    3 cuilleres de thina(pate de sesame)
    600 gr. d’eau tiede
    60 gr. de levure fraiche
    bien melanger le tout , laisser lever 30 minutes
    faire cuire a 180 degres.
    BONNE APPETIT – PAULETTE

    9

Répondre