A Propos

Contact

Newsletter

Recherche

Aide RSS FanPage FB Twitter

Matière grise pour évolution verte

Société » Solidarité

Devine comment je bronze cet été ? Solidaire !


Le 27 juin 2011 | Par

Agnès

Ses articles

Totalement immergée dans un mode de vie écologique, je traque sans relâche dans le quotidien les initiatives et les leviers permettant de changer les comportements et bouger les lignes.

Le saviez-vous ? Il est possible de partir en congé sans perdre un seul jour de vacances et tout en faisant une véritable action de solidarité ! C’est ce que propose le dispositif du congé solidaire : mener une action de solidarité à l’étranger pour une durée maximale de six mois.

Le congé solidaire, mode d’emploi

Le congé solidaire a été défini dans le cadre de la loi n° 95-116 du 4 février 1995 portant diverses dispositions d’ordre social, publiée au Journal Officiel du 5 février 1995 [Article 85 inséré dans le code du travail, Section 5, Chapitre V - Titre II - Livre II].

La loi du 4 février 1995 permet de participer à une mission de solidarité à l’étranger auprès d’associations de solidarité internationale, pour une durée qui ne doit pas excéder six mois.

Pendant la durée du congé, le contrat de travail est suspendu et à l’issue du congé, vous retrouvez votre précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente.
La durée du congé ne peut, sauf d’un commun accord, être imputée sur celle du congé annuel. Elle est assimilée à une période de travail effectif dans la détermination des avantages légaux et conventionnels liés à l’ancienneté.

Avant de faire une demande à votre employeur, vous devez contacter une association afin de trouver une mission. C’est seulement quand vous êtes assuré de partir en mission que la demande doit être faite à l’employeur, par lettre recommandée avec avis de réception au moins un mois à l’avance, sauf urgence, auquel cas «  le salarié peut solliciter un congé d’un durée maximale de six mois, sous préavis de 48 heures« . Le congé peut être refusé par l’employeur s’il estime qu’il aura des conséquences préjudiciables à la production et à la marche de l’entreprise.

La loi ne prévoit pas le statut de la personne qui part en mission, son statut peut donc être salarié, volontaire ou bénévole.

Partir avec qui, pour quoi faire ?

L’arrêté du 16 juillet 1996 a fixé la liste des 141 associations de solidarité internationale bénéficiaires de ces dispositions.

Nous ne listerons pas bien entendu toutes les associations, voici juste une petite sélection qui vous donnera un aperçu de ce qu’il est possible de faire comme action.

:: Planète Urgence

Dix ans d’existence déjà pour Planète Urgence. On peut choisir une mission en fonction des dates qui nous intéressent le mieux, un pays ou bien les compétences que l’on souhaite mettre au service de l’association.

Important : Le Congé Solidaire proposé par Planète Urgence est une mission de courte durée (3 semaines maximum), pris sur les congés personnels du salarié et qui peut être financée par l’employeur.

Trois axes pour les missions proposées :

  • Renforcement des capacités auprès des adultes
  • Protection et valorisation de la biodiversité
  • Appui socio-éducatif aux plus jeunes

++ Le site de Planète Urgence

:: Projects abroad

Projects Abroad propose de nombreuses missions pour accompagner des projets portés par des partenaires locaux : aider des enfants défavorisés au Népal, enseigner le français en Bolivie, préserver l’environnement en Thaïlande, faire de l’encadrement sportif en Afrique du Sud ou encore participer à des chantiers de construction en Jamaïque. Chaque mission est individualisée et tout le monde peut participer.

++ Le site de Projects Abroad

:: Cybelle Planète

Cybelle Planète est une association d’écologie participative qui a pour but la préservation de la biodiversité. Elle souhaite donner l’opportunité d’agir pour la nature à tous et à toutes. Interface entre les spécialistes de la biodiversité et le grand public, elle développe des projets éco-citoyens.

Créée en 2005, elle décline ses activités suivant deux axes :

  • L’écovolontariat : Un mode de voyage écologique et solidaire,
  • Sciences Participatives : le programme Cybelle Méditerranée.

++ Le site de Cybelle Planète

:: DSF (Développement Sans Frontières)

L’association Développement Sans Frontières (DSF) organise le recrutement de volontaires internationaux autour du principe de volontariat équitable. En donnant le pouvoir de décision aux ONG locales d’Afrique, Asie et d’Amérique latine, le réseau DSF participe au rééquilibrage des relations Nord-Sud et permet le renforcement des capacités des acteurs locaux.


DSF-Presentation-Volontariat Equitable par association_DSF

++ Le site de DSF

++ Pour aller plus loin++


2 commentaires à “Devine comment je bronze cet été ? Solidaire !”

  1. MiaRousseau dit :

    « Le congé peut être refusé par l’employeur s’il estime qu’il aura des conséquences préjudiciables à la production et à la marche de l’entreprise. »

    Autant dire, dans tous les cas, non ? Comment réussir à convaincre son employeur qu’on peut s’absenter 6 mois sans que cela aie de « conséquences préjudiciables à la production et à la marche de l’entreprise » ?

  2. Il n’y a pas de limite de durée de participation à une mission d’écovolontariat dans le cadre des congés éco-solidaires. La durée de participation minimale est de 1 à 2 semaines, selon la mission. La seule condition à remplir est que le congé éco-solidaire doit avoir lieu durant les congés du salarié, s’il dispose de 6 mois de congés pas de problèmes.
    Pour en savoir plus sur les congés éco-solidaire avec Cybelle Planète:
    http://www.cybelle-planete.org/cybelle2/index.php?option=com_content&view=article&id=99&Itemid=149

    Vous parlez sans doute des congés de solidarité internationale. Cela est différents des congés éco-solidaires, comme ceux proposés par l’association Cybelle Planète. Ces derniers doivent avoir lieu durant les congés du salarié, et font l’objet d’un partenariat de type mécénat entre l’employeur et Cybelle Planète. L’employeur pourra prendre en charge une partie ou la totalité des frais de participation à la mission d’écovolontariat, ces derniers sont déductibles d’impôts pour l’entreprise.
    Pour en savoir plus : Congé éco-solidaire:http://www.cybelle-planete.org/cybelle2/index.php?option=com_content&view=article&id=99&Itemid=149

Répondre