Newsletter

Recherche

Aide RSS FanPage FB Twitter

Matière grise pour évolution verte

Société » Solidarité

Prêt à être payé à ne rien faire ?


Le 4 février 2011 | Par

Albert

Ses articles

Son Twitter

Editeur de livres jeunesse, je reste curieux de tout, de toutes et de tous. J'aime creuser les questionnements et partager mes interrogations.

Attention, ce billet peut déranger et semer quelques graines subversives : pour sa lecture, il est fortement conseillé de mettre de côté ses préjugés.
La notion abordée ici peut faire sourire, mettre en colère, susciter un haussement d’épaules, un profond mépris ou même vous faire quitter votre fauteuil.
En tout cas, une chose est sûre : en aucun cas elle ne laisse indifférent.

Avez-vous envie d’être payé à ne rien faire ?

Le concept de revenu universel*, versé à chaque citoyen, sans condition ni contrepartie et tout au long de la vie, avait déjà croisé mon quotidien il y a un peu plus de 20 ans, à une époque où j’étais ce que je qualifierais aujourd’hui de jeune idéaliste écervelé que seul le manque de culture et d’expérience peut excuser.

Du coup, j’avais rejeté cette idée de revenu universel en bloc, sans même chercher à en étudier les mécanismes. De mon côté, je travaillais dur, je commençais à bien gagner ma vie et c’était tout juste si je comprenais l’intérêt d’une sécurité sociale : “il te suffit de mettre suffisamment de côté et comme ça tu es tranquille”.
Je rejetais l’idée même de dépendre de qui ou quoi que ce soit… sans même observer que la vie en société fonctionne en grande partie sur l’interdépendance. Comme quoi on peut changer ;-)

Une idée qui ne date pas d’hier

L’idée d’un revenu de base universel n’est pas une idée neuve. Depuis la Renaissance – Thomas More l’évoque dans Utopia – l’idée a circulé dans de nombreux pays et est aujourd’hui défendue à la fois par des alter-mondialistes ou des libéraux.

En France, le principe d’une allocation universelle est évoquée – à des mesures différentes – par les Verts, Alternative libérale, le mouvement des libéraux de gauche mais également par le Parti Fédéraliste ou Christine Boutin.

Voir le concept ainsi repris de tous bords depuis de nombreuses années, sans pour autant émerger, est sans doute une démonstration de la complexité du principe et de ce qu’il implique.

Par contre, depuis quelques années, et notamment depuis la crise de 2008, l’idée semble circuler plus que jamais et des exemples d’applications comme celui du village d’Otjivero en Namibie tendent à démontrer que la chose peut aller au-delà du simple concept.

Une idée belle à faire peur.

Le principe d’un revenu inconditionnel fait souvent peur au premier abord car il nous renvoie brutalement à nos responsabilités et à nos interrogations les plus intimes :

“Que ferais-je pour la société si je n’avais aucune obligation ?”
“Comment pourrais-je occuper mes 8 heures par jour, 5 jours par semaine ?”
“Quel est mon but dans la vie ?”

C’est justement la force du film “Revenu de base, une impulsion culturelle” réalisé par Enno Schmidt et Daniel Häni. Ce film pointe du doigt autant les aspects économiques, pratiques que philosophiques et culturels touchés par une réflexion sur un revenu de base universel.

(bande annonce – le film est disponible en téléchargement sur le site)

L’idée de ce billet n’est pas de faire le tour du principe du revenu de base, mais de donner quelques pistes de lectures afin que chacun puisse être à même de prendre le temps de se forger une opinion.

Quelle que soit votre sensibilité politique, je vous invite à regarder le film d’Enno Schmidt et Daniel Häni. Il a le mérite de poser des questions intéressantes et d’apporter une proposition concrète.

Après de nombreuses lectures, je continue de m’interroger sur les répercussions de la mise en place d’un tel revenu. Et la question principale que je me pose est : “sommes-nous prêts à faire face à tant de liberté et à la responsabilité qu’elle appelle en chacun ?”

*également nommé : revenu de vie, dividende universel, dotation inconditionnelle de citoyenneté, allocation universelle, revenu forfaitaire, revenu garanti, revenu de citoyenneté, revenu social de solidarité, revenu d’existence, dividende universel, revenu social garanti, revenu citoyen…

(Illustration CC Dimitri Lecoussis)

++ Pour aller plus loin ++

A lire également : la critique de Arnaud Gonzague dans Terra Eco de février 2011 sur “Désobéir dans l’entreprise”
(coll. Les Déobéissants – Ed. le passager clandestin)


26 commentaires à “Prêt à être payé à ne rien faire ?”

  1. David dit :

    Interessant billet! Cela pose en général la question globale de la responsabilité de l’homme… et de sa relation avec l’ensemble de la société (du collectif).

    ensuite forcément, on se demande comment un tel système fonctionnerait ? c’est à dire comment il est financé. a quel type de pays s’appliquerait il? (pays riche et pays pauvre?) ou à quelle échelle? (communauté, ville, région…)

    car des pays à économie très faible, ca existe aussi. d’où proviendrait l’argent? bref ca souleve beaucoup de questions.

    il serait intéressant d’étudier les cas concrets, en effet! à creuser. est ce que cela s’inscrirait dans l’idée de « monnaie libre »?

  2. David dit :

    je viens de lire l’exemple de namibie… intéressant! cet article fait évidence vraiment d’un « manque de l’argent » en tant que ressources pour échanger, et d’un argent qui est réinvesti localement (et qui crée un dynanisme local). il pose surtout la question de ce qu’on fait de l’argent: l’investit on ou le dépense t on?
    et là, les habitants pour beaucoup semblent avoir plutot investi que de le dépenser sans retour. bravo!

  3. Sabbio dit :

    Une piste de réflexion très intéressante! Je vais explorer tes liens ce week-end!

  4. […] This post was mentioned on Twitter by Ecolo-Info, toutallantvert. toutallantvert said: Prêt à être payé à ne rien faire ? http://t.co/K0rUs7T […]

  5. C’est possible… si nous savons pourquoi!
    C’est possible … si nous savons comment!
    L’art du politique, c’est de sentir d’ou vient le vent.
    Que le vent souffle ne dépend que de chacun.
    Aller plus loin sur cette approche de la vie ensemble : http://revenudebase.free.fr/
    Le pourquoi => sommaire thématique Droit
    Le comment=> sommaire thématique Financement
    Bonnes lectures

  6. CaroleJ dit :

    Super contente de voir l’idée ce répandre sur la toile. J’en parle également sue mon blog : http://bit.ly/heF4so
    Je relie cette idée à une interview de Fréderic Lordon, économiste, qui donne aussi une autre alternative sur la finance et comment une autre solution aurait changer « la face » de la crise ;-)

  7. Albert dit :

    Merci à tous pour vos commentaires.
    Continuez à proposer des liens, cela ne peut que contribuer à faire avancer la réflexion sur le sujet.

  8. Bonjour,
    Je suis le secrétaire de l’Aire. Il serait sans doute bon de nous rencontrer ou tout au moins de dialoguer en direct pour coordonner nos actions.
    Au plaisir de vous lire à ce sujet.
    Cordialement vôtre.
    Jacques Berthillier

  9. Albert dit :

    @Jacques :
    heu… est-ce bien avec moi qu’il faut voir pour « coordonner des actions » ?
    je ne suis qu’un simple relai d’info sous la forme d’un témoin qui fait part de ses questionnements.
    par contre, oui, je pense que les différents porteurs de ces idées de revenu de vie, revenu d’existence, revenu de base, revenu universel…. auraient tout intérêt à se coordonner : cela ne pourrait que donner plus de poids à l’idée.

  10. nathalie dit :

    Salut Albert !

    Waaaa j’adore ton billet !
    Avec Nicolas nous sommes toujours entrain de rêver à : Ahhh toutes les choses supers que je pourrais faire si je n’étais pas obligé de travailler. Quand on est ouvert d’esprit, il y a des milliers de choses à faire pour occuper son temps ! Prendre soin de soi-même et des autres, des biens communs …

    Je ne dirais pas que tu étais jeune et idéaliste, je dirai même que plus on est cultivé et plein de certitudes et moins on peut libérer son esprit et penser différemment.

    Un livre qui traite d’une forme de revenu universel (très mise en scène et très marrante): « Cul de sac »

  11. Albert dit :

    Merci Nathalie.
    Mais si.. je le confesse, il y a un peu plus de 20 ans, j’étais quand même limite un jeune con bien imbibé à la sauce américano-libérale.
    D’un autre côté, ce parcours me permet aujourd’hui de prendre un certain recul avec les « idées miracles » et à tirer un maximum de ficelles puis à tendre l’oreille pour voir si ça ne fait pas bouger un truc très loin et auquel personne ne pensait de prime abord.
    Par contre, j’ai maintenant beaucoup de mal à me placer dans une case ou sur un échiquier…
    Oui, prendre le temps pour poser des idées, et les laisser décanter est un luxe qu’il est plaisant d’avoir, et je comprends qu’un gouvernement qui souhaite mener une politique sans trop de questionnements préfère des gens bien occupés au travail ou sagement assis derrière une télévision.

  12. Mlle Pigut dit :

    Merci de faire naître des graines de ce genre!

  13. voilà une illustration de plus sur le fait que, d’un certain point de vue (celui de plein de gens, et le mien aussi) la course frénétique à une croissance financière illimitée est folle et absurde.

    Quand on regarde les belles expériences pleines de sens et qui fonctionnent dans des villages ou plus simples petites communautés un peu partout sur Terre, on ne peut pas rester indifférent aux permacultures et aux équilibres dynamiques.

    A l’opposé du revenu universel, nous avons encore et toujours les choix délétères de laboratoires pharmaceutiques, et de gens en soif de pouvoir comme M. Henri Nallet avec un discours qui doit faire rire les amateurs d’humour social, comme M. Franck Lepage. Plus d’infos sur M. Nallet ici : http://wn.com/Henri_Nallet et sur les propos du génial Franck Lepage là : http://www.youtube.com/watch?v=oNJo-E4MEk8 et là : http://video.google.com/videoplay?docid=6879156006756704023#

  14. Guillaume dit :

    Bonjour,

    J’ai découvert la notion de revenu d’existence aujourd’hui, j’ai parcouru les différents sites et articles. Et je suis déjà un convaincu.

    J’ai tenté d’en soumettre les principes autour de moi… personne ne semble s’y intéresser ou comprendre. Sans doute, faut-il comme moi décortiquer la cohérence des différentes propositions.

    Je m’aperçois, de plus, que l’Appel pour le revenu de vie ne comptabilise que 2360 signatures électroniques en 2 ans.

    Il y a bien quelques acteurs de propagation de ce système mais en premier lieu universitaire, ce qui peut être un handicap.

    Mais quand on y regarde bien, pas que !
    Les politiques, des économistes… adhèrent à cette idée.

    Il semble donc qu’un problème d’acceptation du plus grand nombre soit présent.

    En effet, j’ai détecté des réactions basiques mais violentes telles que « il y a des profiteurs qui ne feront plus rien », « les français champions de la triche, vont bien trouver le moyen de cumuler des revenus »…

    Comment faire pour que ce concept prenne corps ?

    Au regard, du peu de moyens visibles en terme de communication et il faudrait sans doute le soutien d’acteurs publiques « extrêmement crédibles » et notamment de grands chefs d’entreprise.

    En effet, est-ce q’une coordination des différents protagonistes est possible en considération des multiples possibilités envisageables du revenu d’existence ?

    Le revenu d’existence n’étant pas né hier, pourquoi n’obtient-il pas un agrément de la majorité, pourquoi n’a t-il pas plus de moyens de communication, pourquoi n’est-il pas porté pleinement par des personnalités publiques ?

    Cela dit, le lavage de cerveau ou le manque de sens commun de la majorité ne sont-ils pas des obstacles impossibles à dépasser ?

    Ce sont des questions que je me pose et serait intéresser de pouvoir rencontrer des personnes investies dans cette voie depuis plusieurs années.

  15. Y’aurait tellement de choses à faire, et ca serait en complémentarité avec ce que je viens de lire.

    J’avais signé un jour, une pétition pour un « revenu de solidarité universelle » mais malheureusement je ne trouve plus le lien et aussi j’aimerai le diffuser à droite à gauche.

    Avez-vous entendu parler de cette pétition ?

    Avez-vous le lien par hasard ?

    Je vous remercie pour vos réponses.

    Et en attendant, je vous invite à lire notre journal « Le renard enchaîné », sous-forum « Journal de bord », peut être que sans doute ça vous donnera des idées et ça vous donnera envie d’avancer.

    A très bientôt.

    Les renards de Nanterre

  16. fouloas dit :

    payé à ne rien faire,cet article prétend qu’il s’agirait d’une notion délicate alors qu’il n’en est rien : il y a suffisamment de richesse pour établir à chacun un revenu d’existence sans quoi certains n’ont plus que perspective de vie , un carton sur une bouche de métro comme logement et comme caddy de nourriture , faire la visite des nouveaux supermarchés pour pauvres: les poubelles , qui leur sont même interdites ,certaines municipalités ayant imposé un cadenas pour « spoliation » du capitalisme néolibéral, quand à certaines surfaces, elles versent de l’eau de javel sur leurs invendus placés en container à ordures, au cas ou ces pauvres viendraient à « spolier » leur bénéfices.
    en fait il y a déjà une catégorie sociale qui a un revenu sans fournir aucun travail: ce sont les banquiers qui vivent en parasite du travailleur: un exemple, je travaille , je veux acheter une maison sur le fruit de mon travail; ok , je ne peux pas immédiatement l’acheter; que fare? l’état dit allez voir votre banquier; ok; le banquier après quelques vérifications de ma solvabilité, me prête la somme manquante avec intérêts; jusque là tout semble normal….. sauf que le banquier est autorisé à vous prêter de l’argent qu’il n’a pas lui même:alors comment est ce possible? très simple , d’unclic de souris il crée deux colonnes ; 1 ère colonne: le client me doit , disons 100 000 euros; 2ème colonne: la banque « donne » 100 000 euros sans sortir un seul billet!!!! le crédit comme création monétaire; certains vont me dire , mais c’est légal cela? cela ressemble à de la fausse monnaie émise! détrompez vous ce qui serait un délit extrêmement grave pour un faux monnayeur devient, par miracle , tout à fait légal pour un banquier!!!!!
    Deux issues,à terme: vous avez bien travaillé , vous avez remboursé la banque au bout de vingt ans et à la fin la maison vous appartient, mais n’oubliez pas qu’avec les intérêts , la banque a touché l’équivalent , disons d’une autre maison, en faisant quoi? rien, seulement un clic de souris , vingt ans auparavant!
    2ème cas, vous avez travaillé , mais vous avez du mal à rembourser, la banque ( maladie chômage……), vous vous retrouvez avec des dettes impossibles à rembourser,;conséquence: votre maison est saisie par plainte de la banque …
    mise au enchère , elle est revendue à vil prix , la banque se sert en premier et là ,il vous reste quoi? dans le meilleur des cas un minuscule remboursement bien inférieur à toutes les sommes déjà versées( faut bien payer en plus tout les frais des parasites qui ont « travaillé sur les dossiers de mise en liquidation….) dans le pire des cas il ne vous reste rien , et toutes les sommes que vous avez déjà engagées , perdues à jamais; vous avez tout perdu et la banque alors? rien car elle a eu l’heureuse idée de cliquer l’acceptation de votre crédit: c’est le seul travail demandé !!!! la banque a engagé quel fond: aucun, le crédit c’est de l’argent virtuel.
    dans les deux cas la banque s’est enrichie sans engager aucun fond réel et ne fourni aucun travail, si ce n’est celui de cliquer : elle utilise votre travail qui lui est réel: votre travail a payé votre maison + une autre maison pour la banque(intérêts); ou alors , vous avez travaillé pour rien, vous n’avez plus de maison, vous n’avez pas été remvboursé de vos premiers remboursements, la banque a cependant touché une partie du bien immobiler en faisant quoi? un clic de souris….
    les banquiers sont ils des parasites? faites vous une idée…..

  17. fouloas dit :

    pour un état ,avoir abandonné le pouvoir d’émettre de la monnaie au profit de banquiers privés est le plus grand hold up de l’histoire de l’humanité; les banquiers représentent de nos jours en 2013 , la classe des privilégiés parasites dont l’équivalent en 1788 était la noblesse parasite..;
    Certaines  » mauvaises langues » prétendent que dans l’ambiance sociale de 2013 on retrouve les revendications de 1788……; AVIS AUX BANQUIERS et à titre indicatif louis XVI a été guillotiné en janvier 1793…

  18. Patrick.Gere dit :

    Pour infos:
    Le système de collecte des signatures de l’Initiative Citoyenne Européenne pour le Revenu de Base est en ligne.
    Faites du bruit, partagez, likez, informez vos amis, vos voisins, vos collègues que vous vous avez signé l’Initiative Européenne pour le Revenu de Base. Alors eux, qu’attendent-ils de plus ?

    http://basicincome2013.eu/ubi/fr/
    Initiative for a Basic Income in Europe
    Revenu de base – Réseau France

    PS : prenez garde, ne signez qu’une seule fois pour ne pas tromper les compteurs, vos signatures étant personnelles et authentifiées par les États en tant que telles.

  19. kaiten16 dit :

    Ne rien faire voudrais dire sortir du système être auto suffisant or nous consommons le fait même de consommer maintiens l’emploi en créer d’autres etc prendre le temps de se ré orienter ou s’orienter donner du temps au association ( ce que font de plus en plus de jeunes car il ne trouve pas de travail ou ne se sentent pas utiles) pour choisir pas prends un job alimentaire ou l’on ne s’investit pas etc je suis pour le revenu de base.

  20. Robin dit :

    J’ai beau être un solide gaillard, je crois pourtant que le jour où le Revenu de Base Inconditionnel sera validé, je ne pourrai m’empêcher de fondre en larmes… Car alors il en sera terminé de la PEUR ! De cette maudite peur qui annihile tout : l’espoir, la joie, les projets, la confiance, la liberté.

    Cependant je crains qu’il faille aller chercher ce RDI nous-mêmes ; et avec les dents encore ! Car ceux qui nous gouvernent ont beaucoup à perdre en nous accordant une telle chose. Eux, qui envisagent bientôt de nous taxer jusqu’aux allocations familiales…

  21. Jonathan dit :

    Il n’y a que la richesse humaine et la multitude de personnes libres qui peut sauver une société qui chutte inévitablement lorsqu’elle est sous contrôle d’une minorité.

    Le revenu de base fait peur car nombre gens sont habitués à penser « s’ils sont payer à rien faire, ils ne vont rien faire et nous devront payer pour eux »

    Or les personnes qui sont passées par une période d’inactivité peuvent témoigner que ce n’est pas une situation facile. Le réel frein à l’épanouissement d’une société n’est pas la feignantise, mais le manque de cohésions sociales, le manque d’intérêt vis à vis de la société en question.

    Le revenu de base permet de laisser libre les initiatives du peuple, et ce mouvement ne peut qu’entraîner les personnes dans l’activité, car des activités intéressantes seront possibles!

  22. 3emeType dit :

    Personne ne cite Bernard Friot et son « salaire à vie » ? Beaucoup de ses passionnantes conférences sont dispo sur le net.

  23. Sylene dit :

    Pour explorer le concept dans tous ses détails et toutes ses propositions (ou en tous cas, beaucoup), on peut aller fureter dans ce pearltree http://www.pearltrees.com/t/revenu-base-vie-universel/id5109056
    Il y a foison de liens plus ou moins classés.

  24. evco dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette page. J’ai entendu parler du revenu de base hier soir en regardant une interview d’ Etienne Chouard, « Les banques, une arnaque mondiale », http://youtu.be/kCV2OGF7gI4 dans laquelle il parle du film « le revenu social » http://youtu.be/-cwdVDcm-Z0
    L’idée me séduit au plus au point et me redonne espoir quant à nos vies et celles de nos enfants dans ce système économique et social.
    Je me suis ensuite rendue sur le site de l' »Initiative Citoyenne Européenne pour le Revenu de Base inconditionnel », http://basicincome2013.eu/ubi/fr/ afin d’y signer la pétition. Je n’ai pas encore signé.
    Ma crainte est que cette pétition sera entre les mains de la Commission Européenne qui sera alors tenue d’étudier cette initiative au Parlement européen. Depuis le traité de Maastricht en 1992, les états ont interdiction d’emprunter à la banque centrale (sans intérêt) et doivent désormais emprunter sur les marchés financiers avec bien-sûr un taux d’intérêts qui engraisse les plus riches (les banques) et asservissent les citoyens. Comment faire confiance à une commission européenne qui a dupé l’ensemble des citoyens?
    Mon explication est sans doute doutée d’un flou artistique, le lien sur l’interview d’étienne Chouard est beaucoup clair. Ma crainte est réelle.
    Avez-vous une idée sur le sujet?

  25. Julien dit :

    J’en remet une couche, n’oubliez pas de soutenir l’Initiative Citoyenne Européenne :
    http://basicincome2013.eu/ubi/fr/

    Enfin une bonne manière d’utiliser sa carte d’identité! :)

Répondre