Newsletter

Recherche

Aide RSS FanPage FB Twitter

Matière grise pour évolution verte

Société » Débats / Polémiques

Un “11 septembre écologique”, vraiment??


Le 16 juin 2010 | Par

Anne-Sophie

Ses articles

Son Twitter

Touchée par le virus de l'info & des médias, éco-convaincue de longue date, j'aspire à mobiliser les consciences à grande échelle...

Barack Obama qualifie désormais la catastrophe écologique qui sévit actuellement en Louisiane et dans le Golfe du Mexique de « 11 septembre écologique »:

« De même que notre vision de nos vulnérabilités et de notre politique étrangère a été profondément modifiée par le 11 septembre, je pense que ce désastre va façonner notre réflexion sur l’environnement et l’énergie pour de nombreuses années » a-t-il estimé dans un entretien accordé au quotidien Politico.

Nous pouvons saluer l’usage d’un tel terme, très approprié tant il fait référence au traumatisme créé par le 11 Septembre sur la population américaine et aux résolutions sécuritaires qui en ont découlé.

Si cela sous-entend que le gouvernement américain va s’engager dans la protection de l’environnement comme il l’a fait dans la protection de son territoire, de sa population et de son économie, alors nous ne pouvons en attendre que du bon. Et regretter qu’il faille une telle catastrophe pour en arriver là


Du café renversé chez BPVidéo buzz

Ceci étant, je m’interroge sur l’opportunité et les implications liées à l’usage d’une telle référence. Le 11 septembre est aussi synonyme de guerre, d’une réponse sécuritaire défensive très stricte (nombreux contrôles sur les flux de personnes, produits et service – notamment financiers) sans qu’il n’y ait de prise en compte globale et de remise en cause profonde des causes du terrorisme (on adopte plus des mesures de répression que d’anticipation, et lorsque cela est le cas, ce n’est pas forcément effectué dans les pays qui en ont le plus besoin au regard des origines de la menace que l’on cherche à repousser).

Cela est aussi synonyme de bénéfices juteux dans le secteur de la sécurité, ou des entreprises ont vu leur chiffre d’affaires s’envoler et des mercenaires trouver de vrais marchés dans les pays en guerre.

Soulignons également que de nombreux attentats dans le monde sont liés à des questions environnementales (en Colombie ou au Nigeria par exemple).

Que penser, donc, de cette comparaison?

Pour schématiser:

  • Le 11 Septembre a impliqué un changement de politique étrangère des Etats-Unis (et des autres pays, contraints aussi à suivre les mesures imposées par les Etats-Unis, et les institutions internationales ayant pris des mesures anti-terroristes fortes à cette époque)
  • Le 11 Septembre écologique impliquerait un changement de politique environnementale et énergétique (des Etats-Unis): cela provoquera-t-il un effet de levier et un changement identique dans les autres pays? Les institutions internationales mettront-elles en place des conventions internationales aussi fortes?

Mais encore: les deux « 11 Septembre » ont provoqué un traumatisme. Ce traumatisme est durable dans le cadre du terrorisme, l’inconscient collectif est durablement affecté. Pour la marée noire liée à l’incident de la plateforme Deepwater Horizon, le traumatisme est assurément très profond aux Etats-Unis, mais 1) les autres pays ne ressentent pas le même traumatisme, l’inconscient collectif mondial est donc affecté différemment et 2) ce n’est pas la première fois que nous assistons à une marée noire et celle-ci n’est pas encore la pire de l’histoire… Ainsi, l’engouement et la précipitation des gouvernements qui ont suivi le 11 septembre dans le monde entier n’est pas comparable. Pourquoi cette marée noire provoquerait-elle un changement de politique alors que les précédentes marées noires n’ont pas eu cet impact? Parce que ce sont les Etats-Unis sont touchés sur leur sol cette fois-ci? Parce qu’il s’agit d’Obama et que l’impact de cet incident intervient peu de temps après son élection, comme cela a été le cas pour George Bush?

Visualisation de la marée noire sur le site www.ifitwasmyhome.com

Trop tôt pour le dire?

Quoi qu’il en soit, si le terme est bien trouvé et passe médiatiquement très bien, il me semble qu’il est tout de même un peu tôt pour dresser une telle comparaison. Le 11 Septembre a engendré une solidarité très forte dans le peuple américain, la nation s’est ralliée derrière son président à cette époque, choquée et blessée qu’une telle chose puisse arriver. Il y a eu de nombreux morts aussi en 2001, ne l’oublions pas. Ici, la mort est partout, mais elle touche la faune et la flore plus que la vie humaine…

D’ailleurs, même si cela ne s’est pas passé sur le sol américain, pourrions-nous aussi parler de 11 Septembre écologique, a posteriori, pour qualifier la catastrophe de Tchernobyl ou celle de Bhopal?

Effort Vert = effort de guerre?

Peut-on penser, dans ces conditions, que la marée noire qui touche aujourd’hui la Louisiane puisse provoquer chez les Américains une mobilisation aussi radicale que celle qui s’était formée aux Etats-Unis en 1942, après Pearl Harbor* – et qu’appellent indirectement de leurs voeux des experts comme Al Gore ou Lester Brown?

Au fond de moi je l’espère, c’est certain: que les monstrueux-pollueurs payent maintenant! Qu’on les condamne  enfin devant un tribunal pénal international de la justice climatique! Que les normes changent et que cela incite les citoyens des pays développés à changer massivement leurs comportements!

Si Obama a compris que cette catastrophe est un moyen pour lui d’engouffrer son pays dans une véritable révolution écologique, en ayant un argument infaillible à opposer aux lobbies qui tenteront de se mettre sur sa route, il peut alors être à l’origine d’un vrai changement de paradigme.

Image issue du site LogoMyWay qui organise un concours pour redesigner le logo de BP. Dans le même genre, Greenpeace a lancé le site Behind The Logo

Espérons donc que le président des Etats-Unis saura utiliser la marée noire et la pollution engendrée comme un point d’appui comparable au terrorisme transnational dans la mise en oeuvre de ses politiques. S’il s’acharne à mettre fin aujourd’hui à la prolifération des armes de destruction massives de l’environnement comme les Etats-Unis le font avec les armes de destruction massives traditionnelles, avec la même énergie, la même coopération internationale et les mêmes montants financiers, cela pourrait assurément être efficace.

Ainsi, cette catastrophe ne doit pas seulement « façonner (la) réflexion sur l’environnement et l’énergie » des Etats-Unis, elle doit influencer les décisions et modifier les modes d’action en profondeur. Il est temps de casser la Baraque, Obama!

Une affaire à suivre donc…

++ Note ++

*L’attaque de la base américaine dans le Pacifique avait précipité l’entrée en guerre des Etats-Unis et la reconversion en quelques mois de l’économie du pays en une économie de guerre. Roosevelt avait, pour ce faire, “réquisitionné” les industries automobiles.

++ Liens vers des articles publiés sur le même sujet sur Ecolo-Info ++


9 commentaires à “Un “11 septembre écologique”, vraiment??”

  1. Evangelline dit :

    Encore un super article d’Anne-sophie :)

    Même si la comparaison est médiatiquement judicieuse, je noterais toutefois que lors du 11 septembre il s’agissait d’une attaque terroriste, là il s’agit d’une erreur humaine, que cette attaque terroriste a fini effectivement par déclencher une guerre (mais pas dans le bon pays) et diviser la nation au profit des lobbies américains, là, j’espère honnêtement qu’Obama ne va pas se tromper d’ennemi et qu’il ne fera pas profiter des industriels opportunistes de cette situation.

    Autre point, les Américains qui sont volontaires et prompts à se mobiliser sont souvent les premières victimes, lors du 11 septembre les bénévoles et personnels de secours ont été exposés à des pollutions. Depuis la plus part d’entre eux ont développé des cancers et autres maladies mortelles qu’ils ne peuvent traiter faute de moyens. On a bien vu BP essayer d’embaucher des Américains pour nettoyer les plages, à condition de signer un document leur interdisant de se retourner contre BP en cas de problèmes…

    En gros, bénéficier de la catastrophe pour frapper les mentalités et changer les choses oui, mais si c’est juste pour encourager les gens à agir et les mettre en danger par la même occasion…

  2. Marie dit :

    Quelle sera la réaction des riverains de Floride, des Américains, des habitants du monde? Est-ce qu’une marée noire aussi choquante soit-elle peut modifier les mentalités?

    Je pense que l’expression d’Obama est très bien tournée pour sensibiliser une partie de la population américaine qui se sent moins concernée par les dégâts environnementaux et qui pense que la faune et la flore, c’est seulement bon pour décorer. Le 11 septembre a eu un impact tellement fort dans les consciences que le fait qu’un président compare cette marée noire à un traumatisme réel engendre quelques cheminements de pensée inconscients chez certains, grâce à l’émotivité associée à l’expression.

    Espérons qu’Obama soit en tout cas un habile manipulateur plutôt qu’un manipulé bien caché.

  3. Anne-sophie dit :

    Merci Evangelline et Marie pour vos réactions!

    Pour faire écho à cet article, voilà une info croisée ce midi sur rue 89 au sujet de la Bombe Bio
    http://www.rue89.com/planete89/2010/06/16/et-voici-la-bombe-bio-155108

  4. La catastrophe est, je suis d’accord un accident, mais les efforts pour enrayer ce désastre sont-ils réels, ou est ce que BP mais tout en eouvre pour sauver sont puit. Il semblerai que tout est fait pour ne pas comdamné ce puit qui est fort rentable (proche des cotes etc…), donc c’est bien un acte térroriste.

  5. [...] Ecolo-Info » Réfléchir/Entreprendre » Un “11 septembre écologique … [...]

  6. oomen dit :

    Dernière estimation : 100 000 barils par gjour qui fuient, soit, 15 000 tonnes par jour. S’il faut quatre mois pour colmater la brèche (selon BP), cela ferait 120 fois 15 000 tonnes, soit, 1 800 000 tonnes. A titre de comparaison : le Amoco Cadiz avait deversé « seulement » 220 000 tonnes de brut. Non, la comparaison de M Obama n’est pas trop forte.

  7. [...] Un 11 Septembre écologique, vraiment?? 16 Juin 2010 Partager : [...]

Répondre

Current ye@r *