Newsletter

Recherche

Aide RSS FanPage FB Twitter

Matière grise pour évolution verte

Mode de vie » Recyclage / Troc

La Caverne de Hippo Hardware, Portland


Le 1 avril 2010 | Par

Redacteur Invite

Ses articles

Le Hippo Hardware Store est une institution à Portland: une quincaillerie qui existe depuis 1976.

Dès la porte d’entrée, on comprend que c’est un magasin bon vivant. Un panneau indique « les enfants de moins de 12 ans doivent être accompagnés par de l’argent » (James Dent). Puis on rentre. Et là, c’est un fouillis de rêve, un chaos organisé sur 2800 m². On trouve et retrouve toutes sortes de pièces et de morceaux de maisons déconstruites. Et de très belles pièces. Y compris des toilettes en cuivre ( !).

A Portland, beaucoup de maisons sont déconstruites au lieu d’être démolies. Et quand il s’agit de maisons victoriennes, il y a de belles choses à récupérer (des moulures aux vis). Ces pièces ne deviennent pas des déchets, mais du « Vintage Hardware« et trouvent de nouveaux propriétaires heureux.

Les employés savent vous trouver la pièce qu’il vous faut (s’ils l’ont). Il vaut mieux arriver avec le dessin précis ou l’objet qui a besoin d’un complément. Un jeune couple cherchant une clé pour la serrure de leur armoire est venu avec la porte (!). N’ayant pas la clé de la bonne taille, Bobby, un employé bon-vivant a pris le temps d’adapter une autre clé juste devant nous. Ça, c’est du service !

Au premier étage, des milliers de lampes, de plafonniers, de chandeliers de tout genre. Je me suis assise dans un fauteuil et j’ai levé la tête comme pour observer les étoiles. Il y en a pour tous les goûts. Au sous-sol, vieilles portes, fenêtres, briques, sont alignées. Au rez-de-chaussée, il y a des poignées de portes en tout genre, crochets, clous, vis, tout pour la salle de bains, et beaucoup plus encore.

Entre l’alignement de portes, les robinets en tout genre, les panneaux parsèment le magasin avec humour. L’ambiance de ce magasin en fait sa force.

Les employés se marrent et les interactions sont d’un drôle ! Le plus jeune d’entre eux me dit que tous les matins il se réveille et qu’il a hâte d’arriver au boulot car il sait que ça va être une bonne journée. Chose rare aussi (pour les US), ils ont tous une mutuelle, une sécurité et le respect de leur patron qui leur fait une entière confiance et estime que chaque employé est le chef de son département, et en quelque sorte son propre patron.

Bobby, un menuisier travaillant chez eux comme employé depuis la crise de 2008/09, m’a raconté qu’il a commencé à leur vendre des poignées de portes et autres petites merveilles dès l’age de 6 ans. De nombreuses maisons victoriennes de son quartier étaient en cours de démolition pour faire place à une autoroute.

Avec un ami, ils demandaient aux ouvriers s’ils pouvaient entrer dans les maisons pendant leur pause déjeuner pour récupérer ce qu’ils pouvaient. Tout ce gâchis leur faisait mal au cœur, déjà à cet age (j’avais le même problème aussi toute petite). Ne pouvant bientôt plus stocker ses trésors à la maison, il a commencé à les revendre à Hippo Hardware!

J’y ai passé 2 heures juste pour parler et rire… Un client cherchait une certaine vis. Bobby lui explique qu’il cherche un « bâtard » (« bastard screw). Devant les gros yeux du client, il poursuit en disant que c’est le nom de la vis, et qu’il ne s’agit pas d’une vis qui était battue par un père alcoolique venant d’une famille brisée. Bref, tout est très pro et pince sans rire. They know their stuff.

Une dame adorable avec son enfant lourdement handicapé à la main cherchait une poignée pour la porte de sa salle de bains. Elle avait calqué la forme du verrou afin que Bobby puisse lui trouver la bonne serrure.

En un coup d’œil, il lui dit que ce n’est pas une serrure style « portland » mais « américain » et en deux secondes, il lui trouve la bonne serrure sur une étagère. Ne fonctionnant pas tout à fait, il a remplacé les ressorts; il s’est assuré que l’enfant puisse tourner la poignée; et il a aussi scié une partie de l’intérieur de la serrure afin que la mère puisse insérer un petit tournevis de l’extérieur.

Elle pourra donc ouvrir la porte de l’extérieur même si son fils s’enferme accidentellement ou intentionnellement à l’intérieur. Le tout a bien pris au moins 25 minutes, car il devait servir plusieurs clients. Mais pendant ces minutes, nous avons ri et échangé. Et, comme l’indique la dernière photo à droite: la facture pour les nombreuses pièces qu’elle achetait montait à 128.50 USD, mais elle a eu une « cool lady discount ». Il lui a fait une remise de 8.50 USD.

Pour clore le tout en beauté, Bobby sort un sac pour y mettre toutes les merveilles de cette dame… et là, mes yeux de « hardcore récupératrice », découvrent un sac en toile de banque utilisé avant l’avènement du plastique pour transporter la monnaie. Il est en parfait état. Bobby, ravi de ma réaction, me dit: « on en achète tout un stock pour les utiliser comme sacs pour nos clients ». Puis il est parti m’en chercher un collector.

Car comme tout bon récupérateur, c’est avant tout l’échange et le fait de pouvoir offrir quelque chose qui plait qui nous motive, et bien sûr de sauver tant de choses d’une fin de vie gaspillée.

C’est ça l’écologie/le verdisme/ou ce je ne sais quoi que j’adore: il faut donner envie, faire rire et prendre le temps.

Et si vous voulez écouter un bon délire, appelez les lorsqu’ils sont fermés: le message de leur répondeur est hilarant : 00.1.503.231-1444

Thanks to Bobby, General Tyler Curry, Supreme Commander of the plumbing Dept. And all the Hippo Staff!

par Shabnam

++ Pour aller plus loin ++

Et un petit plus: j’ai découvert The Flight of the Conchords à San Francisco (un duo de chansonniers de néo-zélandais). Et leur chanson, HipHopopotamus vs. Rhymernoceros. Humour pince-sans-rire (pas de traduction disponible, désolée).


10 commentaires à “La Caverne de Hippo Hardware, Portland”

  1. Brendan dit :

    Excellent ! Ça fait vraiment envie (autant pour l’ambiance que pour le matériel !).
    Dis, c’est encore loin Portland ?

  2. Anne-sophie dit :

    Ah lala c’est clair ça donne envie d’y faire un tour:-)

  3. Camille dit :

    Carrément ! On a des magasins de ce type en France ? J’adore la réduc pour la dame cool !

  4. ConsoGonzo dit :

    La même chose à Paris, c’est possible?

  5. vinnie dit :

    ohhh le rêve … ça fait envie !!

  6. [...] Ecolo-Info » Respirer/Voyager » La Caverne de Hippo Hardware, Portland [...]

  7. Shabnam dit :

    @ Conso Gonzo: va falloir qu’on le crée ; )

  8. [...] Hippo Hardware…les mauvais clients sont les payeurs; sorte de principe du pollueur-payeur! (“les prix [...]

  9. [...] > Découvrez un magasin de récup de rêve à Portland: mon article sur EcoloInfo. [...]

Répondre