A Propos

Contact

Newsletter

Recherche

Aide RSS FanPage FB Twitter

Matière grise pour évolution verte

Mode de vie » Informatique

Netbook: et si un autre modèle était possible?


Le 22 février 2009 | Par

Albert

Ses articles

Son Twitter

Editeur de livres jeunesse, je reste curieux de tout, de toutes et de tous. J'aime creuser les questionnements et partager mes interrogations.

Pas facile lorsque l’on a été ado dans les années 80 et que l’on s’amusait à écrire des programmes en BASIC sur Commodore 64, de rester de marbre devant les annonces régulières de nouveaux modèles d’ordinateurs, toujours plus performants.

Je l’avoue sans honte : j’ai beau faire aussi attention que possible à mes achats, j’ai tendance à facilement craquer sur certains outils technologiques.

Ceci étant, si je compare à il y a encore 5/6 ans quand j’achetais facilement un nouvel ordinateur tous les ans, là, je suis devenu très sobre puisque cela fait 4 ans que j’utilise les mêmes compagnons (un Mac et un PC), mais ils sont encombrants et peu adaptés à mes déplacements.

Voilà, le contexte est posé… Expliquer pourquoi celui qui normalement écrit sur l’écologie pour les enfants ou raconte ses lectures, s’apprête à commettre un billet sur l’un des sujets les plus en vogue chez les geeks de tous poils depuis un peu plus d’un an : les netbooks.

mon "vieux" portable... 4 ans d'âge...
Exemple de Greenwashing appliqué à mon vieux portable… 4 ans d’âge

Netbooks, ultra-portables, mini PC…

Il faut déjà comprendre que, derrière ces termes qui peuvent sembler similaires, se cachent des machines très différentes.

Le mini PC est généralement une petite unité centrale que l’on peut emporter avec soi, mais qui ne dispose ni de clavier, ni d’un écran.

L’ultra-portable a tout d’un portable (laptop en anglais), mais en plus petit, et il est généralement très cher.

Le concept de netbook, qui était depuis pas mal de temps dans les cartons des fabricants, s’est surtout révélé au grand public il y a un peu plus d’un an avec l’arrivée sur le marché français de l’Eee PC conçu et commercialisé par Asus, un fabriquant taïwanais jusque-là quasi-inconnu du grand public.

Le netbook, c’est avant tout un outil de connexion au réseau. Un petit ordinateur avec écran et clavier, un peu d’espace pour stocker ses documents (texte, photos, un peu de vidéo) et surtout un poids plume, un format inférieur à une feuille A4, une autonomie d’au moins 3 heures et un prix inférieur à 500 euros.

Dans le courant de l’année 2008, une cinquantaine de références sont apparues. Tout d’abord chez des fabricants peu connus : Lenovo, MSI, Medion, mais rapidement Toshiba, HP-Compaq, Packard Bell, Acer, Dell et récemment Sony, ont abattu leurs cartes.

Je ne me pencherais pas ici sur les politiques commerciales des uns ou des autres, sur le « besoin créé » et la raison stratégique de sortir ces machines à bas prix au moment où le marché s’essouffle.

Force est de constater que l’idée d’une petite machine légère, polyvalente, ouverte sur internet est une alternative intéressante pour celles et ceux qui se déplacent régulièrement et souhaitent échanger par courrier électronique, écrire des articles ou mettre à jour un blog (eh oui…).

Je me suis donc plongé dans ce monde de l’ultraportable en mettant comme critères impératifs :

  • Machine livrée sous Linux avec une distribution intéressante,
  • Autonomie d’au moins 4 heures,
  • Conception européenne.

Et là, 2 ovnis sont apparus, l’un l’eCAFE EC-900 et l’autre, le Liberty 1000 (ou Gdium EMTEC)

Hercules eCAFE

Hercules eCAFE

Liberty 100 Gdium

Liberty 1000 Gdium

L’originalité commune de ces 2 projets est que l’un comme l’autre souhaite s’appuyer sur une communauté d’utilisateurs.

Malgré son côté « Arlésienne », le Gdium Liberty 1000 m’a beaucoup séduit.

Voilà une machine qui fait parler d’elle depuis avril/mai 2008, qui a été en pré-vente, notamment chez Surcouf, et qui à ce jour, n’est toujours pas disponible…

Un concept plus qu’un ordinateur

Si le Gdium-Liberty 1000 ressemble à un netbook comme les autres, c’est en fait une machine radicalement différente:

  • Là où les autres embarquent des processeurs proches cousins des processeurs habituels sur les ordinateurs portables, le Gdium-Liberty 1000 s’articule autour d’un 64 bits de chez STMicroelectronics (autant dire que vous pouvez dire adieu à vos logiciels habituels s’ils ne sont pas recompilés pour ce processeur).
  • Là où les uns hésitent entre un mini disque dur ou SSD, le Gdium-Liberty 1000 propose une « G-Key », comprenez une clé USB2 de 16 Go, pour démarrer et stocker quelques documents (l’idée étant qu’une même machine peut être partagée entre plusieurs utilisateurs nomades, notamment dans les écoles).

Des paris osés, mais qui correspondent à la logique souhaitée pour ce que le fabricant a baptisé « l’écosystème Gdium ».

L’emballage réutilisable du Liberty 1000

Personnellement, je n’ai pas encore compris à quel « éco » (école, économique, écologique ?) ce préfixe faisait écho…

J’aurais aimé obtenir plus d’informations sur la conception même des machines et le soin porté à l’utilisation des matériaux peu polluants et facilement recyclables, mais rien de bien clair à ce sujet si ce n’est le packaging du Liberty 1000 qui a été pensé pour servir de boîte de classement une fois l’ordinateur déballé.

Je sais… c’est facile de se moquer, mais avouez qu’il n’est pas toujours évident de faire la part entre les adeptes du green-washing ou de l’opportunisme vert, et ceux qui souhaitent réellement s’inscrire dans une démarche cohérente et qui cherchent à réduire autant que possible l’empreinte écologique de leur activité économique.

Une communauté d’utilisateurs, de professeurs et de développeurs

Au-delà de la plateforme matérielle, ce qui m’a le plus intéressé dans ce projet lancé par EMTEC, c’est la volonté affichée de s’appuyer sur une communauté hétérogène afin de créer une offre suffisante de contenus et de logiciels pour cet ordinateur.

Le site de la communauté Gdium

Le site de la communauté Gdium

De plus, les contenus à visée éducative, déposés sur internet deviennent par là même accessibles à tous, détenteurs ou non d’un ordinateur de la marque.

Notons pour terminer que ce n’est pas la première fois qu’EMTEC entre dans les classes.

Espérons simplement que ce projet aura un destin plus durable que le Commodore 64 de mes débuts qui a terminé dans un placard rapidement rejoint par son copain TO7…

++ Pour aller plus loin ++


10 commentaires à “Netbook: et si un autre modèle était possible?”

  1. David dit :

    Albert: serait tu un geek ;) merci pour cet article.

  2. Bix dit :

    Ah, gérer son paradoxal amour des gadgets et de la techno et son engagement écolo ! Voilà une belle prise de tête pour moi aussi. Seule réponse : diminuer les envies et s’acharner à faire durer les appareils qu’on a acheté.

    Quand j’ai acheté mon ordi portable (un Asus A6000 Series) en 2005, j’ai donné mon PC fixe, un AMD 750 ! Le club d’info de ma ville était ravi : unité centrale (avec alimentation toute neuve) et moniteur 17 ». D’ailleurs, question : y a-t-il des circuits pour faire don de son ancien laptop ?

  3. frederic dit :

    Bonsoir,

    J’ai écrit il y a quelques temps un article sur le phénomène Netbook… et ses implications écologiques. A lire ici : http://www.greenit.fr/article/materiel/pc-portable/netbooks-une-avancee-ecologique . J’y aborde surtout l’aspect matériel du Netbook (pas forcément éco-conçu, pas forcément évolutif, pas forcément pérenne).
    En tout cas difficile de s’y retrouver, la frontière entre le Netbook et l’Ultraportable s’estompe à vitesse grand V (on parle de Netbook 12″ avec carte graphique dédiée maintenant).

    @Bix : Entièrement d’accord, l’ordinateur écologique est avant tout celui que l’on fait durer un maximum (voir l’article sur l’énergie grise ici : http://www.greenit.fr/article/energie/energie-grise-et-informatique-verte ). Sinon pour donner un ordinateur portable (ou pas), tu peux jeter un coup d’œil sur l’annuaire d’ordi-don : http://don.ordi.free.fr/index.php

  4. Albert dit :

    @David : oui, mais je me soigne ;-) mais j’ai comme l’impression que mes enfants on pris le gêne…

    @Bix : tu as don.ordi.free.fr comme l’indique frederic, sinon, plus proche et local de chez toi, tu peux te rapprocher de ta liste freecycle (http://fr.freecycle.org/accueil/)

    @frederic : je viens de lire ton billet sur les netbooks et je rejoins tout à fait ton analyse, ceci dit concernant l’évolutivité, je pense qu’en faisant justement le choix de Linux et d’un 64 bits je pars avec une machine qui devrait suffisamment tenir la route. Le sujet de la video sur le net me laisse toujours dubitatif (ça encombre qd même bien la bande passante).

  5. gulick dit :

    Article trés interressant sur le phenomene netbook.

    http://www.wifeee.fr

  6. Barnabé dit :

    Je rêve de m’en acheter un. Je suis étudiante et dans mon université, on a très peu de syllabus. Ce qui fait que beaucoup d’étudiants ont des ordinateurs en cours pour prendre note plus rapidement, pouvoir réorganiser son cours par après sans devoir tout réécrire et rajouter des éléments d’explication trouvés sur le net.
    Pour l’instant, je résiste encore sur papier, mais c’est vrai que ça donne envie.
    Mais les netbook me repoussent par leur petit clavier. Je préfèrerais un petit ordi portable de 13″ économe en énergie (si ça existe)
    L’autre avantage, c’est qu’on peut être constamment connecté sur internet. (on a le wi-fi dans les auditoires)

  7. Albert dit :

    Concernant le clavier des netbooks, cela dépend vraiment des modèles : le mieux c’est d’essayer.

  8. Brendan dit :

    Je t’aurai bien proposé d’inclure le position du fabricant dans le classement greenpeace du guide pour une high-tech responsable. Mais les fabricants des modèles que tu as sélectionné ne me semblent pas faire partie du guide.

  9. Consulter le classement Greenpeace est effectivement entré dans mes habitudes depuis un petit moment, le phénomène netbook est sans doute trop récent. Peut-être dans le prochain (en juin).
    Sinon, côté chiffres de ventes en 2008 il y a là quelques infos intéressantes :
    http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39387245,00.htm

  10. David dit :

    Hello,I love reading through your blog, I wanted to leave a little comment to support you and wish you a good continuation, or when I read your lines I found your article very interested, thank you for sharing.Regards

Répondre