A Propos

Contact

Newsletter

Recherche

Aide RSS FanPage FB Twitter

Matière grise pour évolution verte

Chères Fourrures… Ecolo-Info ACT’Sense #31


Le 24 novembre 2008 | Par

Anne-Sophie

Ses articles

Son Twitter

Touchée par le virus de l'info & des médias, éco-convaincue de longue date, j'aspire à mobiliser les consciences à grande échelle...

Dans le Métro la semaine dernière à Paris, j’ai croisé plusieurs panneaux publicitaires présentant la campagne jeneportepasdefourrure.com. Des visuels très chocs et très parlants, alors qu’un reportage sur TF1 un peu plus tôt dans la semaine dénonçait un trafic de fourrures de chiens et de chats en provenance de Chine. Le temps peut être d’aborder le sujet pour cet ACT’Sense…

Le 13 novembre dernier, les services des douanes présentaient 4 000 blousons et manteaux saisis à Paris, importés de Chine. Comme l’explique cet article du Parisien, « les bandes de fourrure placées autour des capuches, à l’extrémité des manches, ou autour des cols, étaient constitués de poils de chat, ce qui est interdit par la loi, en vertu d’un texte communautaire visant à assurer la protection des animaux. Une partie des manteaux avaient des cols en poils de chien, ce qui est aussi illégal. Il s’agit donc de la mise au jour d’une filière d’importation illégale de vêtements confectionnés à partir d’animaux domestiques. »

La douane précise qu’ »il s’agit d’une première saisie de cette ampleur dans ce domaine. Il peut s’agir de fourrures faites à partir de chats sauvages ou de chats domestiques« . D’après le Muséum national d’histoire naturelle, sollicité pour l’expertise, les poils de chien viennent d’une espèce appelée « chien viverrin », vivant en Chine, ressemblant au renard argenté.

Mais il n’y a pas qu’en Chine que la fourrure fait rage, à nos portes en Haute-Savoie aussi…: « en matière de protection des espèces domestiques, une polémique a eu lieu récemment en Suisse, où le commerce des peaux de chat n’est pas interdit, pour faire des manteaux. 500 chats auraient disparu en Haute-Savoie, selon la SPA, et auraient servi à faire des fourrures. Une information judiciaire a été ouverte sur ce sujet au tribunal de Thonon » précise Le Parisien.

Une recrudescence…

D’après la Fondation Brigitte Bardot, qui avait réussi avec d’autres associations à enrayer cette mode dans les années 80-90, il existe aujourd’hui « une recrudescence inquiétante de la fourrure dans les magazines de mode, les défilés, mais aussi dans les rues commerçantes et populaires« . Autrefois signe extérieur de richesse, la fourrure se vulgarise et devient accessible à des prix de moins en moins élevés.

De fait, le nombre d’animaux sacrifiés est en hausse. D’après la « Fur Free Alliance, 50 millions d’animaux seraient élevés et tués à cette fin chaque année (hors lapins)… 45 millions sont issus de l’élevage, soit 85% du commerce mondial. 5 millions sont des animaux sauvages capturés dans la nature. Certains sont chassés, d’autres sont pris dans des pièges. Autant dire que les conditions de mort des animaux sont atroces.

La France compte 35 élevages d’animaux à fourrure. On y trouve une vingtaine d’élevages de visons qui produisent chaque année 190 000 individus. Une nouvelle race de lapin a même été créée génétiquement chez nous, spécialement pour sa fourrure: l’Orylag®. Il s’agit d’un lapin issu d’une mutation génétique créée par l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) en 1979 dans un but commercial : obtenir une fourrure plus douce et plus dense que celle du lapin traditionnel.

En Poitou-Charentes, près de 100 000 lapins Orylag® sont sacrifiés chaque année dans une trentaine de fermes d’élevages. 70 millions de fourrures de lapins sortent annuellement des abattoirs français pour alimenter le commerce de la fourrure (source : FAO).

Situation mondiale

Les visons, les renards et les lapins arrivent en tête des animaux élevés pour leur fourrure. Viennent ensuite les castors, les chinchillas, les lynx, les zibelines, les loups, les coyotes, les ratons-laveurs et les putois.

La fourrure d’élevage est majoritairement produite en Europe. Celle-ci fournit 70% des visons et 63% des renards. L’Union Européenne compte 6 000 fermes familiales réparties dans 16 pays différents (essentiellement au Danemark, en Finlande, en Norvège et aux Pays-Bas). Le Danemark est le premier pays producteur de vison d’élevage avec 32% de la production mondiale.

L’Argentine, la Chine, l’Amérique du Nord et la Russie sont d’autres grands pays d’élevages destinés à la production des fourrures. La Chine est d’ailleurs le premier pays producteur au monde de renards d’élevages: la main d’œuvre y est très bon marché et les lois pour la protection des animaux totalement absentes…

Plutôt nue qu’en fourrure?

Aux Etats-Unis, les Eco-Razzis épinglent fréquemment les stars en fourrures… Ci-dessous Mary J Blige en chemin pour un dîner Gucci/Unicef…

Crédit Photo: redcarpet-fashionawards.com

Lize Hurley, après le top Gisele Bündchen, a récemment effectué une publicité pour la marque de fourrure Blackglama. Des campagnes publicitaires souvent très décriées par les associations telles que PETA, dont le slogan « plutôt nue qu’en fourrure » est désormais célèbre!

En somme les choses ne sont pas gagnées encore… L’association « la fourrure française », créée en septembre 2008, vient de réagir en portant plainte auprès de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (anciennement BVP) pour dénoncer la « violence » de la campagne Jeneportepasdefourrure.com. Même si des normes de traçabilité existent désormais, il faut avouer que la violence la plus terrible n’est peut être pas là où on le croit… Difficile à nier, non…?

++ Liens ++

Autres liens directement liés à la campagne:

Malgré la banalisation actuelle de la fourrure, de nombreuses chaînes de prêt-à-porter et des créateurs de mode ont pris la décision de ne PAS cautionner ce cruel commerce.

  • 2xmoinscher.com
  • American Apparel
  • Bershka
  • Bleu Bonheur
  • C&A
  • Camaïeu
  • Caroll
  • Decathlon
  • Esprit
  • Filippak
  • Fjall Raven
  • Gémo
  • GUESS
  • H&M
  • Helly Hansen
  • J.Lindeberg
  • La Redoute
  • Mango
  • Marciano
  • Massimo Dutti
  • McGregor
  • MIM
  • Peak Performance
  • Pimkie
  • Polo Ralph Lauren
  • Promod
  • Pull & Bear
  • Scapa
  • Stradivarius
  • Zara

Parmi les stylistes qui n’utilisent pas de fourrure, il y a notamment:

  • Tommy Hilfiger
  • Laure K
  • Calvin Klein
  • Ralph Lauren
  • Jay McCarroll
  • Stella McCartney
  • Franck Sorbier
  • Vivienne Westwood

* Source : Fourrure Torture


24 commentaires à “Chères Fourrures… Ecolo-Info ACT’Sense #31”

  1. Super complet ton article, à ton habitude. Merci pour toutes ces infos!

  2. Wendy dit :

    Et la bonne idée c’est de donner /rendre public le nom des gens qui n’utilise pas de fourrure!!
    Qu’ils ne cautionnent pas c’est bien, mais j’espère qu’ils ne se fournissent pas en fourrure chinoise qui est aussi scandaleux !!!
    Et pour ceux qui en veulent vraiment, ils n’ont qu’à faire les boutique vintage, c’en est rempli >.< Mais au moins en recyclant, ça n’entretient pas la filière…

  3. arno dit :

    merci pour ce trés bon article!

    Merci également de remarquer le comportement anti-démocratique de l’association des fourrures française qui arrose allègrement les magazines féminin avec sa communocation médiatique pour la fourrure, mais qui refusent le droit aux association qui protègent le vivant de s’exprimer a leurs tours.
    c’est un comportement trés révélateur…Ils protègent leurs interêts financier avant toute autres choses.

  4. celine dit :

    Article très complet, bravo !

  5. nicolas dit :

    bonjour, je note une inexactitude dans le texte .

    D’après le museum d’histoire naturel appelé en expertise, les poils ornant les manteaux étaient, je cite votre article, en « chien viverin »… mais le  » chien viverin » est le nom verniculaire de Nyctereutes procyonoides, aussi appelé Tanuki. C’est bien un canidé mais qui est sans rapport avec le Chien domestique (Canis lupus familiaris ) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tanuki
    Le chien viverin est un animal sauvage, absolument pas domestiqué, qui a un niche écologique proche du renard et du blaireau. Il est chassé légalement dans certains pays où il est en très grand nombre (cette espéce n’est pas en danger, elle est même en expansion dans le monde) et il existe des élevages commerciaux de ces animaux pour la fourrure même en Europe (en Suéde notamment). Dans ces condition je doute sérieusement que la réglementation européenne sur le trafic de peaux de chiens domestique s’applique dans ce cas.

    Pourrais-je connaitre l’origine de vos source concernant cette saisi et de la personne ayant fait l’expertise au muséum ?

    merci.

  6. Anne-sophie dit :

    Bonjour et merci pour votre précisions Nicolas,
    il s’agit d’une information trouvée dans le Parisien (http://www.leparisien.fr/faits-divers/des-vetements-confectionnes-avec-des-poils-de-chiens-et-de-chats-14-11-2008-309160.php)
    Cet article en parle aussi:http://www.fourrure-torture.com/fourrure-chat-chien.html
    Si vous trouvez des précisions, n’hésitez pas à me les transmettre!
    Bien à vous,
    Anne-Sophie

  7. Nathalie J- dit :

    Hello,

    Je me pose une question ethico-intellectuelle-pratique, SVP ne me sautez pas dessus !

    J’ai vu ces pubs dans le métro, je les trouve super, mais je tique un peu sur celle des lapins. Les lapins sont des animaux que l’on consomme, puisqu’on mange leur chaire, pourquoi ne pas récupérer leur fourrure à des fins vestimentaires plutôt que de la jeter ?

    Mon ami m’a expliqué que pour récupérer la fourrure des chiens et des chats, on les ébouillante pour qu’ils aient peur et que leurs poils se dressent… :’(

  8. Anne-sophie dit :

    Bonne remarque Nathalie…

    En réalité, suite à la création de l’Orylag, une coopérative fut créée pour gérer cette race ; elle comprend les 20 élevages d’Orylag français. 100000 lapins Orylag sont tués et dépecés chaque année. Personne d’autre dans le monde n’élève d’Orylag. La coopérative possède 2 brevets concernant l’Orylag : la fourrure (Orylag) et la viande (appelée « Rex du Poitou », d’après la région où sont élevés ces lapins). Elle produit un chiffre d’affaires annuel de 3 millions d’euros et traite avec des créateurs tels que Fendi, Dior, Chanel, Hermes, D&G, entre autres…

  9. Matyas dit :

    Hum, scandale scandale….c’est effrayant.
    Merci pour cet article. Je vous recommanderais le livre de Nicolas Vanier qui a un autre point de vue sur la question de la fourrure. Il dit qu’il faut regarder d’ou elle vient et l’animal mais que la fourrure en soi n’est pas à banir.
    En effet, certains peuples vivent de ce commerce donc si on boycotte tout, ils ne vivront plus de leur élevage. C’est le cas pour les Sàmis, dont l’extinction des animaux sauvages par l’homme industriel (loup, lynx, ours) à profité aux animaux de type lapin, rennes, élan…qui sont une source de fourrure commerciale.

    Comme le dit Nathalie, il est bien d’utiliser tout dans l’animal à qui on a donné la mort. Par respect pour lui. Les Sàmis demandent pardon à chaque animal qu’ils tuent et utilisent pratiquement tout (fourrure, viande, tendon, abas, et même bois pour faire des boutons ou couteaux).

    Je trouve très percutant ces pubs, notamment celle ‘tu es victime de la mode, moi aussi », car en effet nous avons moins de raison que les gens de l’arctique de porter des fourrures ! Pour supporter -50° il est difficile d’échapper à la peau de rennes ou autre. Donc oui cessez d’etre un mouton permet d’ouvrir les yeux sur les étiquettes de ce qu’on achète.

    Par contre, j’ai toujours du mal à être exposé, à mon insu, à de la violence picturale dans la ville, je ne vis pas tranquillement. C’est toujorus jouer sur la culpabilité des gens….si c’est le moyen pour faire cesser les choses alors je dis oui, mais moi je m’en vais car, chacun sa sensibilité, j’ai bcp de mal à supporter ça.

    Merci pour cet article Anne-so !

    ps :le livre de Vanier : Mémoires Glacées.

  10. Matyas dit :

    Je relis. « Porter de la fourrure c’est porter la mort ». Je ne suis vraiment pas d’accord : c’est porter une SORTE de mort, celle des gens qui font du bénéf sur la nature, c’est effecitvement morbide.

    « Je te tue mais j’ai besoin de toi », c’est aussi la chaine de la vie. Donc porter de la fourrure ce n’est pas porter la mort. SI je suis d’accord avec ça, ça va me faire franchement bizarre quand je vais arriver chez les Sàmis !!!

    J’ai vraiment du mal à accepter ce genre de généralité qui rentre dans le cerveau et rend radical sur un sujet qu’on ne connais pas.

  11. Anne-sophie dit :

    Oui tu as raison Matyas. En fait cette campagne qualifie ainsi le carnage dans le cadre de nos pays développés. Ce qui est signe extérieur de richesse ici est une nécessité dans des pays moins développés ou chez des peuples comme les Samis…

  12. Anne-sophie dit :

    En plus vois-tu la Mary J Blige en pleine nature…?;-) Les contextes sont différents c’est certain!

  13. sel dit :

    j’ai aussi du mal avec « “Porter de la fourrure c’est porter la mort”. …. parce que finalement comme nous sommes majoritairement carnivore, on pourrait dire « manger de la viande, c’est manger la mort » ce qui est vrai par ailleurs, et les végétariens s’en ventent bien de manger + de vie !

    et puis j’ai du mal avec le c^té moralisateur culpabilisateur de ces pubs, c’est curieux d’observer que les questions sont soulevées avec plus d’angouement quand elles touchent notre culpabilité, notre ^pitié, vous ne trouvez pas ? …. en tout cas l’article est super complet et j’en ai bien appris. merci Anne-Sophie

  14. Kerloen dit :

    « Je me pose une question ethico-intellectuelle-pratique, SVP ne me sautez pas dessus !
    J’ai vu ces pubs dans le métro, je les trouve super, mais je tique un peu sur celle des lapins. Les lapins sont des animaux que l’on consomme, puisqu’on mange leur chaire, pourquoi ne pas récupérer leur fourrure à des fins vestimentaires plutôt que de la jeter ?  »

    Bonne remarque Nathalie, quitte à sacrifier et exploiter des milliards de lapins, autant le faire jusqu’au bout, malheureusement.
    Cette remarque n’a rien de personnelle, mais en l’écrivant, et en précisant ne me sautez pas dessus, je pense que tu imaginais déjà la réponse d’une certaine catégorie de citoyens, certe minoritaire (sauf en angleterre, ou la consommation de lapin est inimaginable…), pour qui la consommation de lapin, pas plus que le port de la fourrure, n’est envisageable…

    Comme Sel, j’ai du mal avec la culpabilisation, et c’est toute la limite de ces campagnes, ou, comme toute pub dans nos sociétés de consommation, on prend les gens pour des cons. Les gens savent ce qu’impliquent le port de la fourrure, ces pubs visant à « ouvrir les yeux » ne sont effectivement que des principes moralisateurs manichéens qui renforcent le barrières entre deux mondes qui n’ont pas envie de se comprendre, mais de se nourrir l’un l’autre, sur le dos des animaux, encore.

    Je pense que continuer à consommer et tuer des animaux est une énorme erreur. Pour les animaux, bien sur, l’immense carnage quotidien n’est plus à démontrer, tout le monde le sais. Ce qui reste un immense chantier, en revanche, c’est de comprendre pourquoi et comment on en est arrivé la, et les conséquences que cela peut avoir sur l’avenir de l’homme. A cette fin, je recommande la lecture d’un Eternel Tréblinka, de Charles Patterson, livre de chevet primordial.

  15. pelletier dit :

    Il est normal que l’on s’indigne lorsque les peaux destinées à réaliser un manteau ou une veste en fourrure proviennent d’animaux tués dans des conditions abominables, ou qu’elles proviennent d’animaux sauvages, qu’il s’agisse d’espèces menacées ou non.
    En revanche, l’indignation me semble exagérée, et même un brin hypocrite, lorsqu’il s’agit de peaux provenant d’animaux d’élevage abattus dans les mêmes conditions que les animaux destinés à la consommation.
    Ou alors, il faut pousser l’indignation encore plus loin et dénoncer le port de sacs, chaussures et accessoires en cuir, et pourquoi pas la consommation de caprins, ovins, bovidés, volailles, etc…, en prônant exclusivement une alimentation à base de fruits et de légumes.
    Lutter pour que l’on ne fasse pas de mal inutilement aux animaux c’est louable, c’est même éminemment souhaitable.
    Le faire sans discernement ne me semble pas crédible, et peut finalement amener un résultat inverse à celui escompté. Particulièrement en cette période de crise économique où les regards sont davantage tournés vers les familles dans la misère, les enfants dans le dénuement, ou vers d’autres pays du monde : l’Afrique, par exemple, où chaque jour des milliers d’enfants meurent de faim et autres maladies.

  16. Irène S dit :

    Je suis tout à fait d’accord quant à l’hypocrisie ambiante.
    Il ne faut pas non plus oublier au moment des fêtes le foie gras, les huitres, le saumon, les langoustes et les poissons divers, et il y a gros à parier que les défenseurs acharnés de la cause animale tous azymuths, ne s’en privent pas, au moins les soirs de réveillon.
    Je suis également d’accord à propos de la hiérarchie des causes qui méritent que l’on s’indigne.
    Et même si je ne suis pas insensible à la manière dont on traite les animaux, J’avoue, sans aucune honte, être prioritairement bouleversée par la vue d’un enfant affamé ou atteint d’une grave maladie.

  17. tchiitif dit :

    moi j’ai perdu mon chat à cause du trafic de fourrure :’(
    on me l’a volé….le 1er Mai et depuis,plus rien,plus aucune trace….mes voisines aussi ont perdu plusieurs chat (évidemment ceux à poils long…) Le miens venait d’avoir 6ans,était grais-smoke fumé à poil long,avait une collerette,les yeux doré et s’appellait Pirate…mais il n’avait pas de collier,grave erreur…
    je t’aime,et je ferais tout pour trouver ton assassin ….
    Lost[H]eaven….

  18. tchiitif dit :

    en plus,on peut faire plein de chose en fausse fourrure! D=
    pauvres chats….au japon ils les écorchent vif…

  19. naomie dit :

    le nombre d’ animaux s’acrifié est énorme je ne comprend pas pourquoi ils continu a faie du mal a cé pauvre bète sans d éffence ils n’ont vraiment pas coeur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  20. V. dit :

    Désolé mais Zara utilise de la fourrure, récemment la nouvelle mode : LE POULAIN !!!
    on en voit partout !!

    pire qu’une honte, !

  21. Meline dit :

    Zara fabrique de la vraie fourrure regardez là : http://justinedress.blogspot.com/2010/10/gilet-vraie-fourrure-zara.html ! C’est affreux je suis vraiment contre la vraie fourrure j’espere quelle sera vraiment vite abolie. Ce qui en portent ben je sais pas comment ils font pour ce regarder dans une glace car c’est vraiment des êtres affreux ! Honte à ceux qui en porte, allez sur le site : http://www.jeneportepasdefourrure.com/

  22. VeriteFourrure dit :

    Cela n’est pas aussi simple. l’industrie de la fourrure a de nombreuses retombées positives pour l’environnement, les populations locales vivant dans des regions polaires et sans autres ressources, etc …
    Ce qui compte c’est de TOUJOURS veiller au bien etre et à ce que l’animal souffre pas. Les animaux ont besoin de nous.
    Dans le milieu sauvage, il est indispensable de réguler les espèces animales et, ainsi, de faire survivre celles qui disparaîtraient sous l’effet des prédateurs ou, dans le cas des plus prolifiques, des épizooties. Elle précise que seulement 10% des animaux piégés le sont pour la fourrure qui est seule à l’origine du financement des recherches et de l’utilisation de pièges sans cruauté pour 100% des animaux capturés.
    Dans les élevages, la vie est créée qui doit se passer dans le bien-être avant un sacrifice indolore. Refuser l’élevage serait instaurer le néant là où existent des centaines d’espèces.
    Alors parlons du sujet dans sa globalité et evitons des avis simplistes, et bien pensants, ca n’aidera pas la nature.
    Pour la fourrure qui aide la nature !!

  23. Agnès dit :

    Pseudo veritefourrure, merci d’aller troller ailleurs.
    Vous n’avez pas une once de crédibilité.

  24. dupont dit :

    je suis contre le port de fourrure pourquoi une vie compterais plus qu’une autre ?!? Si la vie est sur terre c’est qu’il y a une raison. L’homme est le plus évolués ou non ??? C’est quand que l’on réagit … WAB

Répondre